Infos News N°3

Merlevenez le 9 novembre 2008

Chères amies et chers et amis

Ce n’est pas toujours facile, quand on est un retraité dans mon  genre, c’est-à-dire actif pour ne pas dire hyper-actif – et j’aime ça- de vous donner régulièrement de mes nouvelles. Depuis l’été, il s’est passé pas mal de choses :

1) D’abord, il y a eu la 2e édition de la cousinade à l’île de Houat dont vous avez eu écho si vous avez lu la lette InfosNews N°2

2) Puis une tournée en Bourgogne et en Moselle pour y jouer le spectacle sur la gastronomie et les aventures du Capitaine Morvan

3) La fin de l’écriture d’un livre Confidences d’un homard qui sort à la mi-novembre aux Editions Mangeclous. C’est un joli livre, superbement bien illustré par Solen Coeffic, où vous apprendrez tout sur cette bestiole, son histoire, sa pêche, son aventure culinaire, 21 recettes, etc… Il est vendu au prix modeste de 14 euros. C’est un beau cadeau de Noël. Je serai au salon du livre de Riantec le 16 novembre et à La Cité de la Voile le 13 décembre en dédicace publique

4) La création du spectacle de Serge Le Clanche le musicien qui m’accompagne depuis de nombreuses années. Il a, avec trois comparses, un guitariste, un saxophoniste et un trompettiste, créé au Spoum à Auray un superbe récital de chansons marinées, drôles, décalées, etc… Il le rejouera à Lanester, au théâtre Jean Vilar,  le jeudi 15 janvier à 20 h30

5) Je vais mettre régulièrement en ligne sur le Diablogues mes coups de gueule. Vous pouvez lire celui que je viens d’écrire sur le 1e 11 novembre sans poilu. Quand on pense que notre cher président ne s’est pas fait prier pour soutenir le fou de Bush, on frissonne à l’idée de ce qui se serait passé s’il avait été en poste au moment du déclenchement de la guerre d’Irak. Il y a un peu plus d’un an, lors de la campagne électorale, c’est lui qui demandait à ce que soient instaurés en France les mêmes types de crédits hypothécaires qui viennent de faire sombrer l’économie américaine et par suite mondiale. Gageons que les banquiers continueront à se goinfrer, les gros dirigeants à s’en mettre plein les fouilles et nous à nous serrer la ceinture de plus en plus durement. Nos ancêtres ont fait la révolution pour moins que ça. Je ne suis pas sûr que les grandes fortunes du Royaume de France atteignaient celles des détrousseurs d’aujourd’hui.

A bientôt donc chers vous tous et toutes.

 

 
[ Retour en Haut de page ]