Vacances engagées

Les touristes qui viennent en vacances en Bretagne sont-ils plutôt de droite ou de gauche? J’utilise cette boutade en exorde tout simplement parce que j’ai entendu tout récemment sur une radio nationale une information sur le choix des Français en matière de destinations touristiques. Je ne sais si elle était liée aux vacances aux States de notre président, qui soi dit entre nous, ne les paye même pas, ses vacances.
Selon ce que j’ai capté au vol du transistor, n’importe qui ne passe pas ces vacances n’importe où. Voici quelques années, un couple de ma connaissance refusa de se rendre en Chine au seul prétexte que ce pays était communiste. Bien sûr, ils appartenaient tous deux à la bonne, vieille et conservatrice droite bien française. Je ne m’étonne donc pas que les adhérents et sympathisants UMP choisissent les USA beaucoup plus que ceux du Parti Socialiste, qui seraient plus attirés par l’Amérique du Sud tandis que les Centristes se rendraient plus volontiers dans les pays du nord : Suède, Danemark et Norvège. L’île de Ré ne serait pas plus à gauche que l’île de Groix qui pourtant rosit de plus en plus à chaque élection. Comme la Bretagne d’ailleurs. D’ici là que les gens de droite viennent à bouder notre péninsule, il y a un pas à ne pas franchir car n’oublions pas quand même que la Bretagne a donné à la France le président fondateur du FN, un Breton pur port, qui possède une modeste demeure de famille à La Trinité-sur-Mer.
Il fut un temps où les notables communistes de France allaient se reposer sur les rives marxistes de la Mer noire tandis que les professionnels de la révolution se rendaient à Cuba où ils fumaient de purs Cohiba et buvaient des rhums vieillis dans l’attente de la veille du grand jour. Ceux et celles qui aiment les nuits chaudes vont à Ibiza, les nuits branchées à Saint-Tropez qui n’est plus ce qu’elle a été. On sait que depuis que la bourgeoisie pratique les bains de mer à la fin du XIXème et au début du XXème en villégiaturant à Dinard, Le Pouliguen, Quiberon et Perros-Guirec que, même en vacances, il y a des tas de gens qui n’aiment pas mélanger leur serviette de bain avec les torchons de pique-niques sur la plage de prolétaires qui n’aiment rien tant que le camping à la bonne franquette. Mais, de gauche ou de droite, il y en a qu’indifférerait un lieu de vacances, s’ils avaient les moyens d’en prendre… Les pauvres ont peu de chance qu’un ami milliardaire vienne leur offrir un séjour aux frais de la princesse dans une maison à 22 000 euros la semaine.

Publié le 18 août 2007

 

 
[ Retour en Haut de page ]