Dilatez-vous la rate

L’arrivée de paquets de gâteaux au chocolat avec des galettes au mazout sur la côte dite rose (à cause de son granit et pas du tout pour ses ballets) de Bretagne m’a fait marrer, mais marrer, marrer à un point…Comment, il n’y a pas de quoi rire. Vous rigolez ou quoi!
Vous rendez-vous compte, des gâteaux au chocolat et des galettes en cette année de la gastronomie en Bretagne, mais c’est de la tranche de cake pour nos dieux et nos saints. Hermés et notre Saint-Jean-du-doigt doivent être particulièrement heureux d’avoir aussi hérité de flacons de parfums et d’eau de Cologne. J’en ris, jaune, mais j’en ris car si on ne saurait rire de tout, et surtout pas avec n’importe qui, il y a tellement de façons de rire, sous cape, aux larmes, en se tordant, en mourant, comme un fou, qu’on aurait tort de s’en priver. Rire n’est pas donné à tout le monde. C’est une affaire tellement sérieuse qu’il ne faut surtout pas laisser aux rigolos de service.
L’actualité ne semble parfois exister que pour qu’on en rie. Des preuves? Les marins à bord de leur bateau doivent-ils s’arrêter de fumer ? Un vacancier citadin me faisait remarquer, il y a quelques années et le plus sérieusement du monde, que les matelots bretons avaient la chance de travailler en plein air. Rigolez pas. Vous imaginez ces rudes gens de corde et de sac comme les nommait Corbière, polluer le bon air marin avec la fumée de clopes tirées sur le pont. Je me plie. A Aucaleuc, un capitaine d’une équipe de foot de 3e division a donné un coup de boule à l’arbitre. Le match a été suspendu. Imaginez la même conséquence après « Zidane, il a frappé », on ne perdait pas la coupe du monde. Je me tords. Dans le Morbihan, l’autre samedi, les gendarmes ont arrêté à la sortie du boîte avec 3 grammes d’alcool (non, pas dans les poches) un automobiliste qui venait de récupérer son permis retiré déjà pour la même raison. Le plus marrant, c’est qu’il y avait à bord quatre auto-stoppeurs. L’information ne disait rien sur leur état, mais je sais que moi je ne monte pas dans une bagnole où le conducteur est dans cet état. Comment ça ne se voit pas. Vous voulez rire ou quoi? Trois grammes. Laissez-moi me marrer à donf. Tant qu’il en est encore permis…
Et il n’y a pas que les faits divers pour se dilater la rate. La politique, par exemple, en ce moment, c’est tout pain béni. Tenez rien qu’au jeu des questions on peut se poiler à mort. Qui a dit que la France on l’aime ou on la quitte? Quel artiste français a mis en pratique cette injonction en partant se domicilier en Suisse d’où il demande la nationalité belge afin de pouvoir aller se dorer la pilule à Monaco? Qui promet tout un jour et le lendemain son contraire? Riez mais prenez garde qu’un jour proche un nouveau Bonaparte ou un successeur au général Boulanger ne vienne vous dire que rire est interdit à partir du moment où l’on rira de lui.

Publié le 18 février 2007

 

 
[ Retour en Haut de page ]